Daech, Cop21, Stars wars: mêmes combats ?

1

Le 11 décembre 2015 par Jean-François Dortier

star-wars-force-awakens-banner-full-705x397En ce mois de décembre 2015 trois grands récits apocalyptiques se présentent à nous :  Daech, la Cop 21 et Star Wars.

Trois histoires, une même trame : un combat titanesque se mène à l’échelle du Monde entre les forces du Mal et les forces du Bien. De l’issue de cette guerre dépendra le sort de l’humanité.

• Daech. L’Apocalypse inspire directement l’imaginaire djihadiste. Pour les combattants de l’Etat Islamique, le monde est engagé dans un combat grandiose contre les forces du Mal. Le Mal vient du ciel : ce sont les avions de la coalition internationale – Américains, Français, Russes, avions de Bachar el-Assad : ils sèment la mort et veulent détruire le califat. Mais les
héros et martyrs résistent et mènent une guerre sans merci. Bientôt, la mère de toutes les batailles aura lieu. Ce scénario d’apocalypse est directement issu des paroles du Prophète. Ce n’est pas pour rien que Daech a nommé son journal de propagande Dabiq, le nom d’une petite ville du nord de la Syrie. Selon les paroles du Mahomet, c’est ici que les armées de l’islam doivent y affronter les armées de Rome (aujourd’hui l’Occident) dans un grand combat final.

L’Occident a construit un récit de combat symétrique: l’empire du mal est représenté par
l’Etat islamique : c’est lui qui sèment la terreur et la mort. Les terroristes de Daech commettent des attentas, décapitent, mettent les populations en esclavage, pillent et détruisent des sites archéologiques. Ils sont la barbarie. Une alliance internationale s’est constitué contre eux. Une guerre sans merci s’est engagée contre la force du Mal et défendre nos valeurs les plus sacrées : la liberté et la paix. La bataille est engagée. Elle sera longue, mais l’Occident, comme toujours, finira par triompher.

Cop21. Le scénario d’apocalypse plane aussi au dessus de Paris en ce mois de décembre 2015. L’humanité semble y jouer son destin. Une menace terrible plane sur le monde : le réchauffement climatique. Ce Mal est en nous : il prend le visage d’une force obscure : le CO2 est ses avatars: le pétrole, le gaz de schiste, le charbon, les gaz à effet de serre. Des cataclysmes menacent la planète : montée des eaux, sécheresse, catastrophes naturelles, tornades et cyclones, guerre de l’eau, réfugiés climatiques, extinction de milliers d’espèces vivantes, etc. La Cop 21 est une bataille décisive dont dépendra la sort de l’humanité. Toutes les nations du monde doivent se coaliser pour éradiquer le Mal : arracher un accord final sans quoi le monde cours à sa perte.

Stars Wars. La sortie attendue du 7ème épisode de la saga de Georges devrait nous changer les idées. Mais on va se rejouer sur une mode imaginaire, un scénario apocalyptique. On oubliera un instant les combattants du jihad pour retrouver les chevaliers de jedi. On oubliera les menaces terroristes ou climatiques mais pour retrouver la force obscure : celle de Dark Vador, tout vêtu de noir (son uniforme ne vous fait pas penser à un niqab intergalactique ?).

Daech, Cop 21, Star Wars: Trois histoires, un même scénario. Un récit eschatologique où s’affrontent les forces du Mal et du Bien en un combat titanesque dont dépend le sort du monde. Cette dramaturgie, ces cataclysmes en chaine, ces batailles épiques, ces héros, martyrs, victimes innocentes, traitres, cette mère de toute bataille finale où se joue le destin de l’humanité, on retrouve tout ces ingérant dans les scénarios apocalyptique: celui de la Bible, dans le Coran, dans le Manifeste du parti communiste, le Mahabaratha, Tolkien ou la guerre de anneaux.

D’où vient cette étrange analogie entre des histoires si éloignées : celle des vieux mythes religieux, de la  science fiction contemporaine et celle encore qui structure notre vision du monde ?

Faut-il y voire une structure invariante de l’imaginaire humain ? S’agit-il de la mise en forme, poussée à l’extrême, des guerres, des défis, des épreuves réels auxquels les humains doivent faire face ? A moins qu’à partir d’histoires et d’évênements réels, l’esprit humain ait tendance à broder, exagérer, forcer le trait et construire des histoires grandioses et fantasmés où il est question de conflits homériques opposant le Mal le Bien, le vrai et le faux, le juste et l’injuste, la vie et la mort. Ces récits prennent alors la forme de mythes d’origine – relisons la Bible ou la Mahabharata, de récits de science fiction (stars Wars, le seigneur des anneaux). Il se peut que ce même schéma apocalyptique donne forme à notre représentation du monde, nos idéologies contemporaines et structurent nos actions (le guerre contre l’Etat islamique, contre la menace climatique). Scénarios mythiques et l’histoire réel se rejoigne. Nous voilà tous engagés dans un combat héroïque contre les forces du mal. Et si les mythes s’étaient emparé de nous ?

Partagez :
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn

1 commentaire »

  1. Anonyme dit :

    Il faut lire le dernier Hors-série de Philo-Mag !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Inscrivez-vous à la newsletter

et soyez alerté à chaque nouveau billet
* = Champ requis

Recherche dans ce blog