L’étonnante libido de Bernard Stiegler

0

Le 1 novembre 2010 par Jean-François Dortier

En lisant la petite brochure de Bernard Stiegler, L’avenir de la croissance, je tombe sur ce paragraphe extraordinaire « Beaucoup de gens s’imaginent que la libido, c’est la sexualité. Il est vrai que Freud s’est fait connaître en faisant scandale notamment avec ses Trois essais sur la théorie sexuelle (1905) dans lesquels il soutient que le tout petit enfant a déjà un rapport sexuellement érotisé à sa maman, tout comme sa mère, d’ailleurs, a un rapport érotisé à son enfant.

(…)

S’il est vrai que Freud a dit cela, cela ne veut pas pourtant pas dire du tout que la libido soit essentiellement constitué par la sexualité. Si c’était le cas, si la libido coïncidait avec la sexualité, il y aurait de la libido déjà chez les fourmis, chez les asticots, chez les macaques, chez les cochons… Il n’y a cependant pas de libido chez ces animaux car la libido est ce qui permet de lier des pulsions (dont la pulsion sexuelle en quelque chose d’autre… et cette autre chose s’appelle l’investissement ».

Que d’énormités dans un seul paragraphe !

Passons d’abord sur le « Freud a dit… » (qui est censé donc être vrai) pour suivre le raisonnement en boucle « Si la libido coïncidait avec la sexualité, cela voudrait dire qu’il y a de la libido chez les animaux. Or, il n’y a pas de libido chez les animaux car la libido… ».

La conception que  B. Stiegler se fait des animaux vaut le détour, il y aurait de la libido chez les fourmis (B. Stiegler sait-il que l’immense majorité des fourmis sont infertiles et ne s’accouplent pas, hormis la reine et les mâles de la fourmilière), chez les « asticots » (B. Stiegler sait-il que les asticots sont les larves de la mouche, et par extension, les larves des autres insectes et sait-il seulement ce qu’est une larve ? Il voulait sans doute dire un ver…).

Un peu plus loin « Je m’appuie sur Sigmund Freud et Donald Winnicott…(encore une fois : puisque Freud l’a dit, cela doit être vrai !) pour dire que la libido est ce qui résulte de la transformation des pulsions, qui sont égoïstes, en processus d’investissement social qui est altruiste… »

La sexualité animale est égoïste et la libido altruiste ?  Mais alors M Stiegler, comment expliquer que vos « fourmis, macaques et cochons » soient justement des animaux sociaux ?

Partagez :
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn

0 commentaire »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Inscrivez-vous à la newsletter

et soyez alerté à chaque nouveau billet
* = Champ requis

Recherche dans ce blog