Mes articles

2017

• La société est-elle vraiment fracturée ? Editorial, SH n° 297

• Que faites vous dans la vie ? N° 297. La coopérative Dire le travail s’est donnée pour mission de recueillir des récits de travail de profs, infirmiers, femmes de ménage ou ingénieurs. Avec l’idée qu’on ne peut changer le travail sans comprendre le quotidien des acteurs de terrain.

• Dessines- moi la société. SH n° 297. Représenter la population d’une société en fonction des inégalités économiques, des classes sociales, des âges ou des appartenances religieuses ou ethniques est un exercice éclairant. Selon les critères de démarcation retenus, des visions très différentes de la société peuvent apparaître.

• A la découverte des découvertes. GDSH n° 48. Editorial

• Tout a commencé en Mésopotamie. GDSH n° 48. Écriture, mathématiques, astronomie, médecine, architecture, roue, système d’irrigation… mais aussi ville, État, droit et mythologie… Tout semble être apparu en même temps en Mésopotamie à partir de 3500 av. J.C. Pourquoi un tel big bang culturel a-t-il eu lieu ?

• Les quatre foyers de la pensée grecque. Le savoir grec s’est constitué en quatre époques, quatre lieux et quatre centres de gravité successifs. Soit peut-être quatre façons différentes d’étudier le monde.

• La science en Chine: le problème de Needham. GDSH n° 48. L’historien Joseph Needham a le premier établi la liste impressionnante des découvertes et innovations chinoises, dont beaucoup ont précédé celles de l’Occident. Dès lors, se pose une question encore irrésolue : pourquoi n’y a-t-il eu de Galilée ni de Newton chinois ?

• L’apport des sciences arabes. GDSH n° 48. L’islam a connu son époque des Lumières : du 9e au 13e siècle, les savants arabes ont traduit les livres de philosophe de l’Antiquité, avant de donner une impulsion propre à l’astronomie, à la médecine, aux mathématiques et aux sciences naturelles.

• La révolution scientifique a-t-elle eu lieu ? GDSH n°48. L’idée de « révolution scientifique » forgée par Alexandre Koyré et popularisée par Thomas Kuhn a été tenue comme une évidence. Jusqu’à ce qu’une nouvelle génération d’historiens des sciences remette en cause à la fois sa chronologie et son unité.

• Comment la révolution industrielle est née. GDSH n° 48. La première révolution industrielle semble être portée par une vague d’innovations techniques. Pourtant, les historiens ne s’accordent ni sur le découpage ni sur les causes de l’industrialisation de l’Occident.

• Comment penser l’histoire des sciences GDSH n° 48. L’histoire des sciences fut longtemps centrée sur l’évolution interne des théories et des représentations de la nature. Les sciences studies ont changé le regard sur la dynamique des sciences en prenant en compte les lieux, les milieux, les acteurs et les instruments qui produisent le savoir.

• Les ressorts cachés des mathématiques. GDSH n° 48. Les mathématiques – algèbre, géométrie, analyse, trigonométrie – semblent évoluer dans un univers de symboles abstraits, universels, immatériels. La création de ce monde d’abstraction repose cependant sur des bases très humaines qu’une histoire sociale des mathématiques permet de révéler.

• Les religions face à la science. GDSH n° 48. Le christianisme a connu une époque obscurantiste de plusieurs siècles avant d’adopter une attitude plutôt bienveillante à l’égard de la science. L’islam a fait historiquement le chemin inverse

• la science et la puissance. GDSH n° 48. L’histoire montre une correspondance étroite entre les grands foyers de la science et les pôles de la puissance. Quelles sont les bases économiques et sociales de cette dépendance ? Est-elle contradictoire avec l’autonomie des idées ?

• Qui a inventé l’ordinateur ? GDSH n°48. L’invention de l’ordinateur n’est pas seulement le fruit de quelques inventeurs et entrepreneurs de génie. Derrière eux, une myriade d’anonymes et d’institutions ont formé un écosystème d’innovation dont l’analyse permet d’entrer dans les arcanes de la révolution numérique

• Dans la tête des découvreurs: le cheminement des idées. GDSH n° 48. Depuis un siècle, des psychologues tentent de comprendre les mécanismes mentaux des découvertes en explorant tour à tour le phénomène eurêka !, l’intelligence des génies, le rôle de l’imagination ou la longue gestation des idées.

• Comment est née la théorie de l’évolution. GDSH n° 48. Darwin ne fut pas un esprit solitaire ayant conçu seul la théorie de l’évolution. La longue gestation de L’Origine des espèces est le produit d’influences marquantes et de débats intérieurs. Leur analyse permet de comprendre comment se forge une théorie nouvelle.

• Six raisons de réussir (ou de rater) ses études. SH 296. septembre 2017. Les sciences humaines mettent en avant six facteurs pour expliquer la réussite ou l’échec scolaire. Sans surprise, les sociologues s’intéressent aux facteurs sociaux, les psychologues se focalisent sur les dimensions psychiques (intelligence, motivation, regard de l’autre ou estime de soi) ; quant aux pédagogues, ils mettent l’accent sur le type d’enseignement (ou d’enseignant).

• On apprend à tout âge. SH 296. septembre 2017. Editorial

• L’histoire de France, une histoire d’invasion. SH 295, aout 2017 Editorial.

• Le film de la vie. GDSH n°47 juillet 2017.

Après la psychologie du développement, c’est au tour de la psychologie du vieillissement de prendre son envol. Mais quelques chercheurs travaillent désormais sur le développement tout au long de la vie, que ce soit sur les plans intellectuel, affectif ou émotionnel…

• Les rêves secrets d’une autre vie. SH 294, juillet 2017. Editorial

• Pensées intimes. SH 294, juillet 2017. Quel genre d’idées nous trotte dans la tête du matin au soir ? Le « courant de conscience » est fait d’une série continue d’anticipations, fantasmes, rêveries et préoccupations, que quelques recherches commencent tout juste à décrypter.

• Comment on devient empathique. SH 293, juin 2017. Editorial

• Empathie et bienveillance: Révolution ou effet de mode ? sh. 293, juin 2017. Comment un mot quasi inconnu il y a un demi-siècle a pris autant d’importance en si peu de temps ? Ce succès du mot en dit long tant sur la façon de penser les rapports humains et que sur nos attentes dans ce domaine.

• D’où viennent les stérotypes ? SH n° 292-mai 2017,Les stéréotypes raciaux viennent-ils d’une idéologie dominante diffusée par les médias et l’éducation, de la dynamique des groupes humains, qui ont une tendance à vouloir se démarquer entre eux, ou d’une configuration spéciale du cerveau ?

• Les différences physiques existent, parlons en !Editorial, SH 292 mai 2017.

• Quand l’alimentation rend fou. SH 292 mai 2017.Carences vitaminiques, perturbation de la microbiote, sensibilité au gluten… : notre santé mentale est tributaire de notre alimentation. C’est ce que prouvent plusieurs études convergentes sur les animaux et les humains.

• Civilisations : un parfum d’immortalité. SH n° 291, avril 2017

• Vie et mort des civilisations. SH° 291/avril 2017.L’histoire a vu se succéder de grandes puissances qui semblent connaître un même destin : naissance, croissance et mort. Mais le destin des cultures suit une autre dynamique que celle des empires. Ce qui invite à reconsidérer l’histoire des civilisations.

• L’Occident est-il chrétien ? SH n° 291, avril 2017.Dans Décadence, Michel Onfray annonce la fin de la civilisation chrétienne qui a régné pendant 2 000 ans sur l’Occident. Sa démonstration semble implacable… mais elle est contestable car elle repose sur deux amalgames.

• Pourquoi le choc des civilisations n’a pas eu (et n’aura pas) lieu. Editorial n° 290, mars 2017

• Mondialisation, acte II. SH n° 290. mars 2017.En 1990 s’ouvrait une nouvelle étape de l’histoire du monde, que l’on a appelée « mondialisation ». Une génération plus tard, où en sommes-nous ? Quand on examine l’état de la planète, un constat s’impose : la mondialisation ne fait pas marche arrière mais entre dans une nouvelle phase.

• Et toi, tu es croyant ? Editorial, SH 289, février 2017.

• Qu’est ce que la religion ? SH n° 289, février 2017.La religion ne se réduit pas à une croyance en l’au-delà, elle implique aussi un culte, une morale et une organisation. On comprend alors que la religion sert moins à affronter la mort qu’à faire face aux épreuves de la vie.

• Le progrès est-il une idée marte ? Editorial, SH n° 288, janvier 2017

• Peut-on érradiquer les maladies ? SH n° 288, janvier 2017.De même que les grandes épidémies tueuses ont été éradiquées au 20e siècle des sociétés développées, il est possible de réduire massivement les cancers et les maladies cardiovasculaires, nouveaux fléaux de notre temps. Les solutions existent.

• Réenchanter le travail. SH n° 288, janvier 2017.l existe plusieurs manières de réenchanter le travail : transformer le management, réinventer l’entreprise ou… tout plaquer pour changer sa vie. Petite revue des idées et des expériences.

2016

• De la manipulation dans les sciences humaines. SH n°287 décembre 2016 Editorial

• Et si on parlait coiffure ? SH n° 286, novembre 2016, Editorial

• L’avenir du travail n’est pas celui qu’on croit. SH 286, novembre 2016.Ubérisation, précarisation, robotisation : selon certains, ces évolutions annonceraient la « fin du salariat ». Et si tout cela n’était qu’illusion ? Si d’autres évolutions, moins bruyantes mais tout aussi fondamentales, étaient en train de changer le travail dans d’autres directions ?

• Etre à donner école. Editorial, n°285, octobre 2016.

• Penser les idéologies politiques. HS n°21. Il existe plusieurs manières d’étudier les idéologies politiques : par l’histoire des idées, par la sociologie, par l’analyse de texte ou encore par la psychologie. Tour d’horizon…

• Pourquoi les idéologies ne meurent jamais. HS n°21. D’où vient cette tendance de la politique à transformer les idées en idéologies ? Pourquoi est-il besoin d’agiter des étendards, de s’enflammer, de chercher des coupables et de susciter des espoirs (souvent déçus) ? La réponse à cette question nécessite un détour par l’histoire, pour voir comment naissent, se déploient, meurent et renaissent toujours les idéologies.

• Des français de plus en plus sportifs. GDSH n° 44. septembre 2016. Ils courent, nagent, font du vélo, vont en salle de fitness : en une génération, les Français se sont presque tous mis au sport.

• Qui lit quoi ? GDSH n° 44. septembre 2016. De plus en plus de Français déclarent lire. Mais du roman aux ouvrages savants, tous les secteurs de l’édition n’affichent pas le même dynamisme

• Je ne suis pas malade, mais je me soigne. Editorial. n° 283, juillet 2016.

• Muscler sa volonté, un leur scientifique. La volonté est comme un muscle : on peut l’entraîner pour la fortifier, mais elle s’épuise quand on la sollicite trop. Cette belle leçon de psychologie vient d’être sévèrement remise en cause, provoquant un émoi dans la communauté des chercheurs. Mais, au fait, la psychologie est-elle si scientifique qu’elle le prétend ?

• Les marchés du travail en Europe. SH 282, juin 2016. Le taux de chômage est deux à quatre fois plus faible dans le Nord de l’Europe que dans le Sud. Quel est donc le secret des modèles allemand, néerlandais, suédois et britannique ?

• L’économie coopérative. succès et échecs.  SH 282, juin 2016. Le mouvement coopératif n’a pas alimenté que des rêves : il entretient des pans entiers de l’économie française et s’est développé depuis plus d’un siècle dans le giron du capitalisme.

• La magie de la coopération. Editorial, n° SH 282, juin 2016.

• Ma chienne, mon portable et moi. Quand les frontières vacillent. SH. n° 281. Une série de découvertes remet en cause certaines des frontières les plus solidement ancrées dans nos esprits : entre l’animal et l’humain, entre l’humain et la machine. Faut-il abolir ces frontières entre les êtres ou repenser la condition de chacun ?

• Dans la cuisine de l’humain. Editorial SH n° 281. avril 2016 Etes vous tarte ou clafoutis ?

• Vivre sa passion.Editorial SH n° 280 avril 2016.

• Le réveil des passions. n° 280 avril 2016. Considérée un temps comme la force motrice de l’histoire, la passion disparaît de la scène des idées à l’aube du 20e siècle… Pour réapparaître aujourd’hui chez les sociologues, historiens, psychologues, et même économistes, qui y voient un ressort fondamental des conduites humaines.

• Comment trouver sa vocation ? n° 280 avril 2016. Faire de sa passion son métier : ne serait-ce pas l’une des recettes du bonheur ? À condition de savoir comment parvenir à cet accord harmonieux entre ses aspirations et son métier, sa vie réelle et sa vie rêvée.

• Comment peut-on être calife? n° 280 avril 2016. Depuis ses origines, le calife désigne le chef religieux et politique des musulmans. Mais en 14 siècles d’existence, ce modèle général a revêtu des formes et des interprétations très différentes. Deux livres nous racontent cette longue et tumultueuse histoire.

• On a tiré sur des chiens. n° 279, mars 2016. Editorial

• Violence de quoi parle-t-on ? n° 279, 2016. Guerres, émeutes, tueries, bavures policières, viols, maltraitances sur enfant…, les violences sont protéiformes. Peut-on les classer pour mieux estimer leur évolution récente ?

• L’entreprise libérée, réalité ou imposture ? n° 279, mars 2016. Une entreprise libérée de la hiérarchie et qui laisserait les salariés décider eux-mêmes de leurs conditions et méthodes de travail : cette utopie managériale a été mise en œuvre et racontée par Isaac Getz et Brian Carney. Qu’en est-il vraiment ?

• Vouloir être connu et reconnu. n° 278 février 2016. Editorial

• A quoi sert la sexualité ? n° 278. février 2016. Même dans le monde animal, le sexe ne sert pas seulement à se reproduire… Des études récentes offrent un autre regard sur les origines, les raisons d’être et les effets de la sexualité sur les êtres vivants.

• Le slow management ou l’art de simplifier le travail.  n° 278. février 2016. Face à l’accélération des rythmes de travail, à la montée des exigences, à la course à la croissance, certains aspirent aujourd’hui à ralentir.

2015

• Que nous est-il arrivé ? Editorial N° Anniversaire. n° 277. (coécrit avec Héloise Lhérété)

• Management bienveillant, mythes et réalités. n° 276 décembre 2015. L’appel à la bienveillance a fait une entrée remarquée dans le management. Simple gadget humaniste qui voile la dureté des relations au travail ou enjeu fondamental de la qualité de vie au travail ?

• Scène de ménage.  n° 276 décembre 2015. 

•Travail: Trouver son rythme et l’imposer. n° 275 novembre 2015. Chacun a son rythme biologique qui se répercute dans ses façons de penser, d’agir et d’interagir. Trouver le bon tempo au travail permet de gagner en efficacité et de préserver sa santé.

Réfugiés, peut-on rester sans rien faire ? n° 275 novembre 2015. Editorial

•Que vaut vraiment la PNL ?  n° 274 octobre 2015. La PNL es-elle scientifique ? Est-elle efficace ?

• Les robots vont-ils tuer les emplois ? n° 274 octobre 2015. Quatre emplois sur dix, y compris dans les métiers qualifiés, risquent d’être automatisés dans les vingt ans à venir : cette prédiction alarmiste, largement relayée par la presse au printemps 2015, est-elle valide ?

• Less is more. n° 274. octobre 2015. Editorial

• L’origine de l’humanité plus ancienne que prévue. n° 173 aout 2015. L’apparition du genre Homo recule de 400 000 ans et celle des premiers outils de… 700 000 ans. Ces deux découvertes majeures, annoncées au printemps 2015, éclairent d’un jour nouveau le scénario de nos origines.

• L’espèce imaginative. n° 273, aout 2015. L’imaginaire fut longtemps associé au monde des rêves, mythes et autres fantasmagories coupées du réel. On découvre aujourd’hui que l’imagination ne sert pas tant à s’évader du réel qu’à le penser et à agir sur lui.

• Les humains sont rêveurs, donc fous. SH n° 273. aout 2015. Editorial

•S’approprier son travail. SH n° 272. juillet 2015. Il n’y a pas deux façons identiques d’occuper une même poste. Au-delà des consignes prescrites, les individus et les groupes disposent de marges de manœuvre pour prendre en main leur travail à leur manière.

• Pourquoi la musique ? SH n° 272. A propos de F Wolff “Pourquoi la musique”

• Tu cours après quoi ? SH n° 272. Editorial

• Rendre le travail visible. SH n° 271. juin 2015. aconter le travail au quotidien pour mieux le comprendre, le transformer, l’organiser ou tout simplement pour le plaisir, tel est l’objet de nombreuses initiatives récentes. Les regards sont divers, les enjeux différents mais tous ont en commun de faire apparaître la partie immergée du continent « travail ».

• Qu’est ce que la confiance ? SH n° 271. Omniprésente dans les relations humaines, 
la confiance se laisse difficilement enfermer dans les filets de la théorie. On peut percer certains de 
ses mystères à partir de trois moments clés : 
quand elle s’installe, se maintient… puis s’effondre.

• Sur qui peut-on vraiment compter ? Editorial SH n° 270.

• Cadres de proximité, une mission impossible ? SH n° 270. Pris entre leurs directions et les équipes de terrain, les cadres de proximité sont soumis à rude épreuve. D’autant que les méthodes de management se doivent d’être respectueuses du bien-être des salariés.

• Que sont devenus les descendants d’Aristote ? Editorial SH n° 270.

 

2014

  • Travail, le temps du changement. GDSH n°36, 2014. Oui, il est possible d’améliorer le travail ! Comment ? 
En explorant des pistes qui, à l’échelle des individus, 
des organisations ou du marché du travail, 
montrent qu’il existe toujours des marges de manœuvre pour agir. Tour d’horizon en quatre étapes
  • Lâcher prise ? GDSH n°36, 2014 Le lâcher-prise est souvent présenté comme une technique de méditation et de relaxation, fondée sur l’instant présent. Il invite 
aussi à travailler différemment – ne faire qu’une chose à la fois. 
Et à prendre au sérieux la formule: « Le mieux est l’ennemi du bien. »
  • Management, les nouvelles recettes indiennes. GDSH n°36, 2014. « Les salariés d’abord », « l’innovation frugale », 
de nouvelles méthodes de management venues d’Inde ont 
en commun de vouloir«renverser la pyramide sociale» 
et reconstruire l’économie par le bas. Mais pourquoi 
ces méthodes séduisent-elles tant les grandes entreprises ?
  • Sortir du rang. Editorial n° 265. déc. 2014
  • Aristote nous parle encore. n° 265. déc. 2014. Les oeuvres d’Aristote viennent d’être rassemblées dans un seul volume. 3000 pages d’une pensée magistrale, articulant tous les savoirs de son temps.

• L’art de penser. 15 philosophes au banc d’essaiQu’est-ce que la philosophie ? L’étymologie nous fournit une première réponse : elle est l’amie de la sagesse. Mais qu’est-ce que la sagesse ? Les Anciens la désignaient à la fois comme un savoir et une vertu morale. La philosophie peut donc être vue tantôt comme un « art de vivre » tantôt comme un « art de penser ». Ce numéro explore cette seconde voie : y a-t-il une façon de penser proprement philosophique ? Et à quoi conduit-elle ? (…) Pour le savoir, nous allons mener l’enquête. Une enquête auprès d’une quinzaine de grandes figures de la philosophie, de Socrate à Jacques Derrida.

Comment en est-on arrivé là ?SH. n° 261, juillet 2014. Editorial de 15 questions sur nos origines.

• D’où venons-nous ? Deux siècles de découvertes et de théories. SH. n° 261, juillet 2014.

• Apprendre à se concentrer. La capacité à focaliser son attention sur les buts, les personnes ou les choses
 qui nous sont chers se disperse face aux myriades de sollicitations qui nous assaillent 
de partout. Selon Daniel Goleman, on peut remédier à cette tendance à la dispersion.
 Car l’attention et la concentration, ça se muscle !A propos de  Focus. Attention et concentration : les clefs de la réussite de Daniel Goleman

• Le triomphe de la «théorie queer » ? SH. n° 261, juillet 2014. Editorial

• Cinq questions sur le sexe, le genre, et ceux qui les étudient. SH. n° 261, juillet 2014.

• De Saint Louis aux dirigeants
 chinois : un hasard de lecture. SH. n° 260, juin 2014.  Gouverner pour le peuple sans démocratie.

• Penser comme un enfant. SH n° 259, mai 2014. Editorial

• Pourquoi les enfants aiment les histoires. SH. n° ° 259, mai 2014. Des Trois Petits Cochons aux aventures de T’choupi, les histoires attirent toujours autant les enfants. Elles leur permettent de jouer avec leurs peurs et leurs désirs, mais aussi de verbaliser et d’élargir leur expérience du monde.

• Parler de la pluie et du beau temps. n° 258, avril 2014. Editorial

• Le désir d’apprendre est-il naturel ? N° 257. mars 2014. Saint Augustin pensait, comme Aristote, que le goût d’apprendre est naturel. Les bébés, ces chercheurs en herbe, semblent le confirmer. Plus étonnant : 
ni la soif ni les capacités d’apprendre ne semblent s’éteindre avec l’âge.

• Cent façons d’apprendre. N° 257. mars 2014. Editorial. 

• L’invention de l’autobiographie, une histoire décentréeSH n°256 février 2014. Dans La Tentation autobiographique, Philippe Gasparini jette les bases 
d’une histoire de lautobiographie qui casse le cadre évolutionniste 
et autocentré forgé autour du cas occidental.

• L’individuation selon Gilbert Simondon (1924-1989).SH n°256 février 2014. 

• Comment on devient unique. SH n°256 février 2014. L’individuation désigne le passage d’une forme générale à un être singulier, unique et irréductible à ce qui le compose ou l’englobe. 
Les philosophes se sont penchés depuis longtemps sur une énigme qui débouche aujourd’hui sur de nouvelles pistes, aux confins de la biologie, 
de la psychologie et des sciences sociales

2013

• Ou va le commerce mondial ? GDSH n°33 2013. Vêtements chinois, café brésilien… 
Les objets de notre vie courante 
sont de grands voyageurs. 
Ils témoignent de l’essor sans précédent du commerce mondial.

• Aimer comme des bêtes. GDSH n° 32, 2013. Il a fallu du temps pour admettre que les animaux pouvaient éprouver des émotions. Mais c’est depuis peu que l’on commence à comprendre que la gamme de leurs sentiments est, en matière d’amour, aussi étendue que chez les humains.

• Qui sont les narcissiques ? GDSH n° 32, 2013. On les dit égoïstes, imbus d’eux-mêmes, mégalomanes, tyranniques, méprisants, peu empathiques, incapables d’aimer d’autres qu’eux-mêmes… Comment a été élaborée la notion de « personnalité narcissique », devenue si populaire et passée dans le langage courant ?

• Les penseurs de la société. GDSH 31, 2013. Entrées: Karl Marx, Max Weber, John M. Keynes, Talcott Parsons, Edgar Morin. Husserl Merleau-Ponty;

• Un siècle de philosophie. GDSH 30, 2013. Entrées : W. James et R. Rorty, Heidegger et Gadamer; L. Wittgenstein et WW Quine; P. Sloterdijk; D. Dennett et D. Chalmers.

• C’est maintenant ou jamais ! S.H. n°254, déc 2013. Arrivés à un certain âge, beaucoup d’adultes sentent que le temps 
leur est désormais compté. Est-il encore possible de vivre 
les rêves de jeunesse que l’on a repoussés ou refoulés jusque-là ?

• Comment booster sa volonté ?  S.H. n°254, déc. 2013 Le contrôle de soi fait l’objet de nombreuses recherches : elles visent à comprendre comment 
une partie de soi-même tente de dominer l’autre.

• Reprendre sa vie en main : Et vous ? SH N° 254, déc. 2013. Editorial

• Socrate méritait-il la mort ? SH n° 253, nov. 2013 Editorial

• Pourquoi la criminalité chute ? SH n° 253. Comment expliquer le déclin de la criminalité constaté depuis quinze ans dans beaucoup de grands pays occidentaux ? Les spécialistes émettent plusieurs hypothèses.

• Sommes nous devenus des mutants ? SH 252, octobre 2013. Editorial.

• L’avènement de l’homo numéricus. SH 252, septembre 2013. L’impact des écrans sur nos vies donne lieu à un débat entre technophiles, technophobes et technomodérés. Et leurs positions cadrent mal avec les acquis des recherches sur les effets des techniques sur la vie quotidienne.

• Histoire d’une pomme. SH. 251. septembre 2013. Editorial.

• La cuisine, moteur de l’évolution. SH 251. sept. 2013. La cuisine aurait fait l’homme, c’est la thèse défendue par le biologiste Richard Wrangham. Homo ergaster serait devenu un homme parce que 
nos ancêtres se sont mis à manger de la viande et ont maîtrisé le feu.

• Fééries marchandes. SH 251.A propos de Fantasmagories 
du capital
. L’invention de 
la ville-marchandise
. Marc Berdet
, Zones, 2013, 264

• Du big man au boss. SH 250. juillet 2013. Editorial

• Peut-on se fier à ses intuitions ? SH 249. juin 2013. L’intuition n’est pas un mystérieux sixième sens qui donnerait accès
 à un savoir extralucide.
 Elle couvre des processus mentaux, du coup d’œil de l’expert à l’intelligence émotionnelle :
 des modes de connaissance incorporés, rapides et non conscients qui s’imposent comme des évidences.
 On commence aujourd’hui à en décrypter les secrets 
et à mieux comprendre 
les raisons de 
sa fiabilité relative.

• Quand les femmes domineront le monde. SH 249, Juin 2013. Editorial.

• La nature des crises économiques. SH 249. juin 2013.

• Edgar Morin, une pensée hors norme: SH N° spécial E. Morin. Mai 2013. Hors norme, la pensée d’Edgar Morin l’est à plus d’un titre : à la fois monumentale, protéiforme et non conventionnelle. 
Tour à tour sociologue et philosophe, anthropologue et prophète, il est aussi insaisissable qu’incontournable. Il se moque des frontières disciplinaires et parfois aussi… de lui-même.

• Dans la tête d’Edgar M. N° spécial E. Morin , mai 2013. Depuis les années 1960, Edgar Morin a régulièrement tenu son Journal. Tout à la fois journal intime, carnet de recherches, carnet d’idées, récit 
de voyage, cette prose dense et riche nous dévoile une pensée toujours en mouvement.

• Ballade parmi les théories de l’esprit. SH. n°248, mai 2013. Voilà longtemps que la philosophie, puis la psychologie, enfin les sciences cognitives sont à la recherche d’une théorie générale de la pensée. 
Alors que certains croient cette quête vaine ou répétitive, de nouveaux modèles surgissent et réinventent le genre…

• Penser, c’est prédire. SH n° 248, mai 2013. La théorie du cerveau statisticien est en train de révolutionner les sciences de la cognition. Une révolution théorique d’autant plus étonnante qu’elle repose sur une idée formulée il y a trois siècles.

• Et si on parlait non-violence? SH. n° 247. avril 2013. Editorial

• De la drogue, les larmes et du sang. SH n° 247. avril 2013. Au Mexique, la violence des cartels a pris une tournure extrême. 
Des milliers de morts, des mises en scènes macabres de décapitations 
ou de démembrements… Comment en est-on arrivé là ?

• La pensée est-elle contenue dans le langage? SH n° 246. mars 2013. « Me promenant en ville, l’autre jour, j’ai entendu tout à coup un miaulement plaintif au-dessus de moi. J’ai levé les yeux. Sur le bord du toit se trouvait un petit chat. » Il suffit de lire (ou d’écouter) ce début d’histoire, pour « voir » aussitôt la scène : le toit, le petit chat, le promeneur qui le regarde.
 ( suivre le lien…)

• Peut-on aimer avec un seul mot ? SH n° 246, mars 2013.

• Comment évoluent les sociétés ? n° 245, fév. 2013. Pourquoi des sociétés de la préhistoire sont-elles passées aux sociétés agricoles ? L’anthropologue Alain Testart s’attaque au grand problème 
de la révolution néolithique et lui apporte une réponse inédite.

• Crise: la peur de la chute. n° 245. fév. 2013. La crise suscite tout une gamme de réactions psychologiques : 
la peur, l’angoisse, mais aussi le doute et le ressentiment. Mais elle est aussi l’occasion de réexaminer ses valeurs et sa vision du monde.

 • Que veut-dire vivre ? n° 244 jan 2013. Quelle est la différence entre vivre et survivre ? Et qu’est-ce qu’une vie digne de ce nom ?

• Réinventer l’entreprise. n° 244. jan 2013 Réduire le poids des actionnaires, donner du pouvoir aux salariés, et reconstruire l’entreprise sur de nouvelles bases. Tels sont les mots d’ordre de plusieurs ouvrages récents : une utopie ?

• La crise comme destruction créatrice. n° 244, jan 2013. Le mot « crise » cacherait-il en fait un processus de création et de renouveau ? 
Oui, mais attention à la mutation monstrueuse…

• Comment on devient un obsédé. n° 244. jan 2013. Les zones d’ombre de l’individualité vues 
à travers l’histoire d’une pathologie mentale : 
les troubles obsessionnels.

• Le gène, grandeur et décadence. n° 244, jan 2013. Le gène avait pris au XXe siècle la place du Dieu 
créateur. Les recherches récentes invitent 
à repenser son rôle dans l’évolution

2012

• Les courbes du désir.Le Cercle Psy n° 7 déc. 2012.  Le désir sexuel un phénomène universel qui plonge ses racines dans le monde animal Mais l’intensité de ce désir varie beaucoup selon l’âge, les sexes et les individus, et la façon dont la société valorise ou non l’épanouissement sexuel.

• Les mythes fondateurs de la pensée américaine. Numéro Spécial SH  novembre 2012. La culture américaine s’est structurée autour de quelques notions majeures, comme le self-made-man ou l’Amercian way of fife. Passage en revue.

• Les stars des neurosciences, Numéro Spécial S.H.  novembre 2012. Les neurosciences tendent à devenir un paradigme impérialiste prétendant tout expliquer – la morale, la religion, la politique à partir du cerveau. Certains chercheurs sont devenus de véritables stars. Portraits de trois d’entre eux Olivers sacks, Antonio Damasio et Erik Kandel.

• Vilayanur Ramachandran, le théoricien des membres fantômes. Numéro Spécial S.H.  novembre 2012. Ramachandran, chercheur d’origine indienne, fait partie des scientifiques qui caracolent en tête des librairies. Son œuvre contribue à une meilleure connaissance du cerveau

• Psychologie positive, A la recherche du bonheur. NS novembre 2012. Rechercher les conditions psychologiques du bonheur, telle est le but de la psychologie positive.

• Les théories de l’autorité n° 243, déc. 2012. Point de repère : M. Weber, Adorno, Anna Harendt et les débats actuels.

• Comment on devient un leader ? n° 243 déc. 2012. Dans les études de management, l’autorité a un autre nom : le leadership. Il désigne cette capacité à entraîner l’adhésion sans contraindre. Mais comment y parvenir ? Petit bilan d’un siècle de recherche.

• Comment peut-on être comptable ? SH n° 242.Être comptable, ce n’est pas seulement aligner des colonnes de chiffres. Derrière cette façade austère, il y a des enjeux méconnus qui rendent la fonction plus humaine et intéressante que l’on pourrait le croire.

• Pourquoi travaille-t-on ? SH n° 242. On travaille pour trois raisons fondamentales : gagner sa vie, exister 
socialement et faire des choses qui nous intéressent. Mais chacune de 
ces motivations a ses revers, poussant chacun tantôt à s’engager tantôt à fuir.

• L’art du travail intellectuel. SH n° 241, Quand un philosophe, auteur d’une œuvre abondante, donne ses conseils sur l’art d’écrire et d’organiser sa pensée…

• Peut-on apprendre à apprendre ? S.H. n° 241. La métacognition est l’art d’apprendre à apprendre. Des programmes de remédiation cognitive aux conseils pédagogiques en passant par l’art d’exercer sa mémoire, tour d’horizon.

• Peut-on résister au déclin cognitif ? SH n° 241, septembre 2012. Comme le reste du corps, le cerveau vieillit avec l’âge. La mémoire se met à flancher, les capacités de concentration et l’agilité intellectuelle diminuent. Ce déclin, très différent selon les personnes et les aptitudes, peut être retardé de différentes façons.

• Les nourritures de l’esprit. S.H. n° 241, septembre 2012. Editorial.

• L’afrique: petite et grande histoire. A propos de, Africa. États faillis, miracles ordinaires . Richard Dowden,

• Homo viator. SH 240. juin 2012L’être humain est un « Homo viator », un éternel itinérant poussé 
à quitter son sol natal pour aller toujours plus loin. Porté à la fois par son imagination mais aussi par des préoccupations très utilitaires…

• Vivre l’instant présent ? Non merci… Editorial,n° 239.

• Gérer son temps, un art ce vivre. SH n° 239. « Time is money », disait Benjamin Franklin. C’est faux ! Le temps est beaucoup plus précieux que l’argent. Maîtriser son temps, c’est d’abord la liberté de décider de sa vie.

• Qui sont les cannibales ? SH n° 239, juin 2012. Manger ses ancêtres, ses ennemis, ses amants, symboliquement son dieu ou tout simplement pour survivre, il existe plusieurs types de cannibalisme.

• Comment changer les comportements alimentaires. SH n° 238, juin 2012. La communication par l’engagement

• Aux sources des révolutions mentales. SH n° 238, juin 2012. Les révolutions scientifiques seraient le fait d’esprits originaux en rupture avec les idées de leur temps. Les nombreuses découvertes simultanées obligent à réviser cette vision de l’histoire, pour tenter d’articuler le rôle des individus et des milieux créateurs dans la découverte scientifique.

• Dans la marmite de la création. SH n° 238, juin 2012. Comprendre comment s’inventent les techniques, se créent les œuvres artistiques et se forgent les théories scientifiques : voilà un grand défi auquel se confrontent psychologues, sociologues, philosophes et historiens des idées depuis un siècle. Avec l’espoir de percer le mystère de la création.

Comment naissent les idées nouvelles ? SH n° 238, juin 2012. introduction dossier : le mythe de l’Eureka, génèse sociale et psychologique des idées.

• Théorie des pétards mouillés. Editorial, n° 238, juin 2012. A propos d’idées et de spermatozoïdes et de projets avortés.

• Nature et culture, des alliances nouvelles, GDSH n° 27, juin 2012. Souvent considérée comme une « seconde nature », la culture se substitue à une nature inachevée. 
Mais il existe d’autres relations possibles entre nature et culture…

• La philosophie en quatre questions. Hors série Sciences Humaines, mai 2012. Kant affirmait que ces quatre questions permettaient de couvrir presque tout le champ de la philosophie.  “Que puis-je savoir, que dois-je faire, que m’est-il permis d’espérer, u’est ce que l’homme? Ces quatre questions vont nous servir de guide pour explorer les méandres de 2 500 ans de philosophie. Chaque question est une porte d’entrée qui mène à plusieurs réponses possibles. Chaque réponse est illustrée par un auteur de référence, une théorie ou une école de pensée canonique.

• Le cinéma à 30 000 ans ! SH n° 237, (mai 2012). Durant la préhistoire, 
les artistes qui peignaient avaient déjà trouvé 
de nombreuses techniques picturales 
pour représenter des figures en mouvement. Une préhistoire du cinéma qui remonterait à l’âge 
des grottes ornées.

• Qui sont les français ? Agriculteurs, fonctionnaires, professions libérales, chômeurs. SH n° 237, (mai 2012). Zoom sur quelques profils professionnels et inactifs.

• Pourquoi les enfants jouent ? Le cercle psy n° 4. Tous les enfants jouent. Mais ont-ils toujours les mêmes jeux ? Comment évoluent ces jeux selon l’âge et le sexe ? Et surtout, pourquoi jouent-ils ? Un tour d’horizon en quelques questions/réponses qui remettent en cause certaines évidences…

• D’où vient le désir d’enfant ? Le cercle psy n° 4. Pourquoi les femmes veulent-elles des enfants ? Quand on les interroge, elles évoquent une foule de raisons : le plaisir d’être enceinte, le désir de maternage, l’envie de fonder une famille… Les sciences apportent d’autres réponses qui renvoient aux modèles parentaux, à l’inconscient ou à même à l’instinct maternel. Le paradoxe est que toutes ces réponses volent en éclats quand on les soumet à une enquête un peu poussée…

Quand Freud a abandonné l’inconscient. sh n° 236. avril 2012. L’inconscient, pivot de la psychanalyse ? Freud, conscient des lourdes ambiguïtés de ce terme, décida de s’en débarrasser. Cette remise en cause fondamentale fut cependant largement ignorée par ses fidèles

• Edito. A chacun sa nature humaine. sh n° 236. avril 2012.

• On ne choisit pas d’être homosexuel. sh n° 235. mars 2012.

• Nos cinq sexes. n° 235 mars 2012. Nous avons tous cinq identités sexuelles : chromosomique, anatomique, 
hormonale, sociale et psychologique. La plupart du temps, 
celles-ci coïncident. Mais il arrive parfois qu’elles ne convergent pas, 
révélant ainsi des identités ambiguës ou hybrides

• Edito: Le défi des transsexuels. n° 235 mars 2012.

• Qu’est ce qu’une société ? sh. n° 234. fév. 2012). Les théories sociologiques développent quatre grands modèles explicatifs reposant sur un des piliers de la société : pouvoir, échange, culture et affects. Mais chacune de ses forces d’agrégation contient aussi un ferment de désagrégation

• Les personnalités multiples: histoire d’une illusion psychiatrique. SH. n° 234. (fév. 2102) Sybil a eu jusqu’à 16 personnalités différentes ! 
Son cas avait marqué le début d’une véritable épidémie de personnalités multiples aux États-Unis. Mais les contre-enquêtes menées sur cette histoire jettent aujourd’hui un trouble… sur la réalité des personnalités multiples.

• Quand je serais grand. sh. n° 234. « Quand je serai grand, je serai Spiderman », 
dit le petit garçon. « Quand je serai grande, je serai écrivain », affirme la jeune collègienne. 
Que garde-t-on de ses rêves d’enfant à l’âge où l’on construit son projet professionnel ?

• Edito : Vers un développement intellectuel durable. SHn ° 234.

• Méditations pascaliennes. SH n° spécial n° 15. (jan 2012) L’autonomisation du travail intellectuel nous conduit à croire à l’indépendance des idées et des oeuvres, à leur total détachement vis-à-vis de leurs conditions de production. Or les idées apparemment les plus abstraites, les plus universelles ou désincarnées – celles issues de la réflexion philosophique, du travail scientifique, de la création artistique – sont profondément tributaires de leurs conditions de production. Telle est la thèse principale défendue dans ces Méditations pascaliennes.

• Les idées pures d’existent pas (présentation de Pierre Bourdieu). SH n° spécial n° 15. (jan 2012). Comme toutes les grandes oeuvres, celle de Pierre Bourdieu s’est déployée autour d’une intuition. Et cette intuition fondatrice se résume en une formule : les idées pures n’existent pas.

• Qui gouvernera le monde? SH n° 233. Le XXIe siècle verra-t-il apparaître le premier gouvernement mondial ? 
S’achemine-t-on au contraire vers un monde multipolaire où coexisteront de multiples centres. Les spéculations convergent vers quelques scénarios probables.

• Comment dompter les institutions ? SH n° 233. Pas de société sans institutions et pas d’institution sans règles. Mais que se passe-t-il quand les institutions destinées 
à apprivoiser les humains 
deviennent elles-mêmes indomptables ?

• La redécouverte de l’imagination. sh.n° 233. jan 2012. L’imagination n’est pas que l’arme des poètes et des artistes. 
Elle est au cœur de la pensée scientifique, technique et de la vie ordinaire. 
Les chercheurs lui accordent désormais un rôle central dans la pensée humaine. Et commencent à percer ses secrets

• Révolution dans le vivant. SH n° 233, jan 2012. Une révolution est en cours dans les sciences de la vie. 
Autour de mots obscurs – épigénèse, morphogenèse ou symbiose – 
se cache une vision nouvelle de la vie et de l’évolution. 
Qui a des conséquences majeures sur notre conception de l’humain.

2011

• Mère : un parcours de combattante. Cercle Psy n° 3 nov. 2011. CR de trois livres sur le dur métier de mère.

• Dans les tréfonds de la toxicomanie. Cercle Psy n° 3. 2011 CR de Emprises,. Drogues, errance, prison : figures d’une expérience totale, F. Fernandez, 2011.

• Quatre européens sur dix sont des malades mentaux ! Cercle Psy, N°3. novembre 2011.

Penser ses plaies. Comment l’esprit agit sur le corps. Cercle Psy, N°3. C’est un fait admis : nos émotions et nos pensées agissent sur notre santé physique. Mais par quel processus ? Est-il possible d’utiliser notre psychisme pour guérir certaines maladies ?

• Les maladies du stress. Cercle psy n° 3. Le stress est une réaction naturelle et salutaire permettant de se mobiliser pour agir et pour faire face au danger. Mais, à haute dose, il peut détraquer massivement notre métabolisme et provoquer une pléïade de maladies

• Du nouveau sur la psychosomatique. Cercle Psy, N°3. Les recherches en psychosomatique ne cesse de progresser. Mettant en exergue les liens entre cerveau et système immunitaire. Mais le terme même de psychosomatique est sourece de confusion que les psychologues tentent de déméler.

• Mafia : Tuer pour le business. GDSH n° 25 nov. 2011. Cosa nostra a fait l’objet de nombreuses études. 
Criminologues et sociologues se sont penchés sur la mafia sicilienne 
pour essayer de comprendre l’organisation et le mode de vie des « hommes d’honneur ». 
Une façon de mettre à l’épreuve les théories de l’ordre social.

• La plasticité, une adaptation permanente.SH numéro spécial, n° 14, novembre 2011. Le point sur le phénomène de neuroplasticité, des synapses aux aires cérébrales.

• Le mythe des trois cerveaux. SH numéro spécial, n° 14, novembre 2011. Dans le crâne des humains coexisteraient trois cerveaux : le cerveau reptilien, un cerveau 
de mammifère et un néocortex proprement humain. Cette théorie simple et éclairante 
a connu son heure de gloire et reste très populaire. Le problème est qu’elle est fausse…

• Parents sans lendemain. SH n° 232, décembre 2011. Comment être parent quand son enfant, atteint 
d’une maladie incurable, ne survivra pas ? La réponse tient en peu de mots : vivre au présent, aimer, changer ses priorités.

• Le monde des addictions : médicament, alcool, travail, achats, jeux. SH. n°231, novembre 2011. Points de repères sur différents visages de l’addiction.

• Qu’est ce que l’addiction sexuelle ? SH n° 231, novembre 2011. L’affaire DSK a attiré l’attention des médias sur une forme d’addiction 
aussi spectaculaire que peu connue :
 l’addiction sexuelle. De quoi s’agit-il vraiment ?

• Vivre sous emprise. SH n° 231, novembre 2011. L’addiction serait-elle la nouvelle maladie du siècle ? 
Après l’alcoolisme, les drogues, le tabac, on considère que les antidépresseurs ou les somnifères font aussi partie des addictions. Celles-ci s’étendent aussi aux dépendances sans produit : jeux vidéo, jeux de hasard, achats compulsifs, même sexe, travail, sport… Pourquoi pas l’ordinateur, les sodas ou la lecture ? 
L’addiction :  pourquoi y entre-t-on ? Comment en sort-on ?

• Les théories de la motivation. SHn° 230, octobre 2011. pulsion pour apprendre, récompense et sanction, besoin d’accomplissement, motivation intrinsèque et extrinsèque, etc. Tour d’horizon des théories

• Comment je suis devenu un élève (presque) modèle. SHn° 230, octobre 2011. Quelles sont les raisons qui poussent un ex-cancre à se muer en bon élève ? Elles ne se résument pas à une potion magique – la motivation – 
mais à une alchimie de motifs, facteurs et circonstances que 
les psychologues s’attachent désormais à démêler avec précision…

•Paris sans toit. sh.n° 229. Compte rendu de Survivre 
dans la rue. Américaine et SDF 
à Paris . Ann Webb, Albin Michel, 2011, 
248 p

• Voyage au coeur de Wikipédia. sh.n° 229 août 2011. Gratuite, rédigée librement et sans hiérarchie par un million d’anonymes, la fabrication de Wikipédia ressemble à une utopie qui marche. Quel est son secret de fabrication ?

• Radiographie de l’Etat français, S.H. n° 28, juillet 2011. L’État n’a pas reculé dans la société française. Il a même
 augmenté sa présence depuis trente ans, mais en changeant massivement sa structure et ses modes d’action.

• La drogue, pourquoi on y entre, comment on en sort. SH 228; juillet 2011. La drogue est souvent assimilée à 
la dépendance. Pourtant les drogués ont choisi librement de se mettre à consommer. Et c’est pour rester libres qu’ils décident un jour de s’en sortir. A propos de : Philosophie pratique 
de la drogue . Patrick Pharo, Cerf, 2011,

• Enquête sur notre petite voix intérieure.Le Cercle Psy, mai 2011. Chacun d’entre nous a remarqué que la voix intérieure apparaît surtout dans des moments clés de forte charge émotionnelle ou de surcharge cognitive, à des moments où il faut “recadrer ses idées” et se concentrer sur des messages simples et clairs. Mais d’où vient-elle ? A quoi sert-elle ? Les psychologues ne manquent pas d’hypothèses pour expliquer sa présence. Et certains proposent de s’en servir aujourd’hui comme moyen de changement personnel.

• Les sagesses antiques de A à Z. GDSH n° 23, juin 2011. Bouddhisme, taoïsme, confucianisme, épicurisme, stoïcisme…

• Tu dois changer ta vie !GDSH n° 23, juin 2011. Pour Peter Sloterdijk, une vraie vie, pleinement accomplie, consiste à se consacrer à un but élevé exigeant une discipline de vie rigoureuse qui nous arrache du monde ordinaire.

• Apprivoiser le stress. GDSH n° 23, juin 2011. Qu’il se présente sous la forme d’un grand saut dans l’inconnu, ou sous la forme de petites agressions quotidiennes, le stress, omniprésent dans notre vie, est l’une des grandes maladies de notre temps. Des spécialistes ont mis au point des démarches qui, faute de l’éliminer, permettent au moins de l’apprivoiser.

• L’art de procrastiner intelligemment. GDSH n° 23, juin 2011. La procrastination est la tendance à toujours tout remettre au lendemain. Faut-il la combattre, l’accepter ou ruser avec elle ?

• Vaincre ses peurs : manuel de combat. GDSH n° 23, juin 2011.Peur de l’échec, peur des conflits, peur des autres, peur du chômage, peur de… La peur paralyse l’action. Il existe cependant des moyens pour la dépasse

• Confucius au supermarché. GDSH n° 23, juin 2011.Le respect, la courtoisie, la modération… Autant de valeurs prônées par la sagesse chinoise et remises aujourd’hui au goût du jour par Yu Dan. Le Bonheur selon Confucius est un jackpot commercial pour celle qui a repris les principes édictés par le maître spirituel. Quelle est la clé de ce succès ?

• La philosophie à l’épreuve de la vie. GDSH n° 23, juin 2011. Quand un philosophe ose se mettre à nu pour raconter l’effet que produisent sur lui les leçons de sagesse légué par les siens, on est loin de l’efficacité attendue.

• Réussir sa vie en dix leçons.GDSH n° 23, juin 2011. « Deviens ce que tu es », « carpe diem », « connais-toi toi-même », « accepte ce que tu ne peux changer et change ce qui peut l’être »… Les leçons de sagesse délivrées par les philosophes antiques ou les manuels de développement personnel se résument en un petit nombre de principes – toujours les mêmes – censés améliorer l’existence. Loin de converger vers un modèle unique d’existence, ces préceptes peuvent parler à tous et chacun peut en retirer un message. C’est l’une des raisons de leur succès universel. Petit tour d’horizon en dix leçons.

• La publicité nous manipule-t-elle?GDSH 22, mars-mai 2011. Conditionnement, perception subliminale, influences inconscientes… La publicité a mobilisé des techniques de manipulation mentale issues des sciences humaines pour pousser le consommateur à acheter. Avec quels résultats ? Pas vraiment celui que l’on croit…

• L’invention populaire des sciences. S.H. 225, mai 2011. L’histoire des sciences a ignoré l’immense contribution que les gens du peuple ont apportée à la construction des savoirs scientifiques. Clifford D. Conner leur rend hommage dans ce livre qui oppose – de façon parfois caricaturale – les élites savantes aux humbles artisans du savoir.

• La métamorphose adolescente. SH n° 225., mai 2011.L’adolescent connaît plusieurs mutations parallèles : 
physique, sexuelle, intellectuelle, relationnelle. Autant de poussées parfois discordantes qui en font un être étrange… et parfois inquiétant.

• La disneylandisation des esprits. SH n° 224, mars 2011. Comment expliquer que les êtres humains soient captivés par les mondes enchantés des contes et des légendes, attirés par la musique ou l’humour, aiment les parades et les déguisements et se complaisent dans l’admiration des grands spectacles. En bref, d’où vient le pouvoir de séduction des parcs d’attraction ?

• La course à la distinction. Soif de reconnaissance et inégalité volontaire. SH n° 224; mars 2011. Les inégalités sont souvent vues à partir des grands écarts entre les plus riches et les plus pauvres. Mais il existe aussi un « narcissisme des petites différences » : de petites inégalités entre proches, apparemment moins visibles, mais qui comptent beaucoup pour chacun. Loin d’être imposées de l’extérieur, ces petites différences servent à se démarquer, se distinguer et affirmer sa place dans la société. Ce jeu de position entre les individus ou les groupes proches jouent un grand rôle dans les relations humaines

• A l’origine de la culture: la guerre ! SH n° 223, fév. 2011. La culture est souvent envisagée comme l’antidote de la violence et de la guerre. Et si les « cultures de guerre » étaient au contraire de puissantes façons de créer des liens entre les membres d’une communauté ?

• Altruiste ou égoïste: les deux faces de l’être humain. SH n° 223, fév. 2011. Peut-on agir de façon totalement désintéressée ? Derrière les actes généreux, n’y aurait-il pas un égoïsme caché ? Le débat sur l’égoïsme ou l’altruisme est aujourd’hui relancé par des recherches qui analysent
 les comportements des animaux ou les motivations des philanthropes

2010

• Le pouvoir, éclipse et réapparition. S.H. n° 222, déc. 2010. Dans les années 1990, le pouvoir semblait s’être dissous dans la gouvernance, de crise de l’autorité, de déclin des institutions et de dislocation des hiérarchies traditionnelles. Aujourd’hui, on reparle de Big Brother, de servitude volontaire et de domination invisible. Est-ce le pouvoir qui a changé ou sa représentation ?

• L’animal humanisé et l’humain naturalisé. SH n° 222. D’un côté, notre regard sur les animaux a changé : on leur prête désormais de l’intelligence, des émotions et même des embryons de morale. D’un autre côté, les humains sont naturalisés par les neurosciences, la génétique, l’évolution. Et si le vieux débat culture/nature était dépassé ?

• La nouvelle carte des idées. SH n° 222, déc. 2010. En deux décennies, le monde a basculé dans une nouvelle ère. Sur le front des idées aussi, un basculement s’est opéré. De nouveaux mots, porteurs de nouvelles visions du monde, se sont imposés, bouleversant notre paysage mental.

• Et si Freud revenait ? GDSH n° 21, déc. 2010. Et si Freud revenait aujourd’hui et découvrait 
les neurosciences, la psychologie évolutionniste ou les théories sociales de l’identité, que penserait-il ? Parviendrait-il à concilier 
ces nouvelles approches du psychisme avec sa propre théorie ? Imaginons…

• Psychanalyse : les ramifications américaines. GDSH n° 21, déc. 2010. Contre toute attente, l’Amérique est devenue très tôt la terre d’élection de la psychanalyse. L’engouement pour le freudisme y a été plus fort que partout ailleurs. 
Les psychanalystes de renom y ont apporté trois contributions majeures : 
l’ego psychology, les relations d’objet et la self psycholog

• L’histoire mouvementée de l’inconscient. GDSH n° 21; déc. 2010. Unehistoire de l’inconscient en quatre temps qui montre que la notion d’inconscient n’a cessé de changer de sens tout au long de ces deux siècles d’existence.

• Travail : la créativité cachée.S.H. n° 221, décembre 2010. Au travail, la créativité ne se limite pas à celles des “créatifs” : des designers aux architectes. Elle touche toutes les professions, même là où on ne l’attend pas forcément: du pâtissier au policier. Mais cette créativité ordinaire est souvent ignorée et cachée.

• Qu’est ce que l’esprit créatif ? S.H. n° 221, décembre 2010. Des tests de créativité à la psychologie du génie, les psychologues ont tenté de percer le mystère de la création. Et ils sont parvenus à des conclusions allant à l’inverse de leurs hypothèses intiales…

• Nous sommes tous des créateursS.H. n° 221, décembre 2010. L’imagination est souvent assimilée  la fuite hors du réel : rêverie, création artistique, fiction, utopie, etc. Mais il existe aussi une imagination scientifique, technologique, pratiques. Et des formes de pensée imaginatives plus ordinaire, mobilisée au travail et dans la vie quotidienne.

Que faire contre la dépression ? Le Cercle Psy du 10/11/2010. Même l’Association américaine de psychiatrie l’admet : plusieurs études récentes donnent raison aux détracteurs des antidépresseurs, accusés de ne pas avoir plus d’effets qu’un placebo. Du moins, pour les formes les plus légères de la dépression. Mais alors, quand les prescrire ? Et à défaut, comment soigner ? Etat des lieux.

• Ballades dans la cité de l’histoire. S.H. n° 221, décembre 2010. Aux entretiens de l’histoire de Blois, les historiens racontent volontiers pourquoi ils se passionnent pour des suejts minuscules, mais qui révèlent des phénomènes bien plus vastes de notre passé.

Les trois âges de l’autonomie au travail.SH n° 220, novembre 2010. C’est une histoire en trois temps : celle de l’autonomie cachée, puis de l’autonomie conquise, avant peut-être de se retourner contre ses conquérants…

Qu’est ce que la honte ? On peut avoir honte de son physique, de ses origines, de ses échecs. Mais quelles sont les ressorts de ce sentiment à la fois si familier et si peu étudié ? Des recherches récentes apportent des éléments de réponse.

Idées reçues sur le monde de l’enfance, SH n°219, octobre 2010. L’étude de la pensée de l’enfant est en train de connaître un profond renouvellement. L’enfant n’est pas cet être inachevé qu’on avait cru. Non seulement les enfants sont plus intelligents et plus actifs qu’on l’a longtemps pensé, mais ils sont d’une certaine façon plus « adultes » qu’on l’a cru. Inversement, les adultes restent par bien des côtés de grands enfants.

Marx, philosophe malgré lui, Guide Philo, 2010. L’œuvre de Marx débute par une critique sévère de la philosophie. Mais sa tentative pour édifier une théorie de l’histoire du capitalisme et de ses crises restera fortement imprégnée de deux exigences philosophiques : l’esprit de système et l’esprit critique.

Bienvenu dans mon cerveau. Les romans de la vie intérieure . Les écrivains ont inventé une méthode pour explorer les pensées intimes, qu’elles soient celles d’un quinquagénaire désabusé de l’upper class new-yorkaise, d’un écrivain tourmenté ou d’un enfant-soldat africain.

L’art de séduire, des oiseaux aux humains. SH. n° 217, juillet 2010. Les oiseaux déploient plusieurs stratégies de séduction : beauté du plumage, chant, parade, démonstration de force, petits cadeaux et même actes généreux. Les humains n’ont pas inventé grand-chose par rapport à ce riche répertoire.

Combattre, fuir … ou subir. S.H n° 216, juin 2010. Dossier : Les épreuves de la vie. À l’école ou au travail, dans la vie privée ou dans la vie sociale, les épreuves sont multiples. La façon d’y faire face se résume à trois stratégies fondamentales : combattre, fuir ou… ne rien faire.

• La fin d’un champion. S.H n° 216, juin 2010. Dossier : Les épreuves de la vie. Après avoir été un héros, un champion doit redevenir un humain ordinaire. Comment vivre une telle transition, qui s’annonce pour les uns comme une mort sociale, pour d’autres comme une renaissance ?

• La psychologie des faux aveux. SH n° 215, Mai 2010. Régulièrement, des personnes placées en garde à vue en viennent à s’accuser de crimes qu’ils n’ont pas commis. Comment peut-on arriver là ? Pour le comprendre, il faut distinguer trois types de faux aveux.

• La femme est l’avenir des hommes. SH n° 214. avril 2010. La théorie du matriarcat primitif, où les femmes dominaient la société, est un mythe anthropologique sans fondement solide. Et si le matriarcat n’était pas à chercher dans le passé, mais dans l’avenir ?

• Comment naissent les empires. SH n° 214. avril 2010.Un chercheur américain prétend avoir trouvé une loi de formation des grands empires. Ils pullulent là où s’affrontent deux mondes : les États agraires et les sociétés nomades.

• Tous soumis? SH n° 213. mars 2010. Des foules qui se rassemblent pour prier avec dévotion un dieu invisible, des quidams qui se transforment en tortionnaires, une petite victime qui s’éprend de son bourreau, etc. Jusqu’où sommes-nous soumis ?

• Les salariés sont-ils des victimes consentantes? SH n° 213. mars 2010. Un nouveau management, fondé sur l’autonomie, la responsabilité et l’épanouissement au travail, aurait réussi cet exploit : faire des salariés les victimes consentantes de leur propre exploitation. Quel crédit accorder à cette théorie ?

• Dominant-dominés : anatomie d’une relation. SH n° 213. mars 2010. Des tyrans et des soumis, il en existe dans tout le monde vivant. Mais chez les humains, la hiérarchie sociale ne recoupe pas les relations personnelles de pouvoir.

Comment la déesse-mère fut adoptée par les romains. SH n° 213. mars 2010. Elle fut très populaire à Rome et dans tout l’empire. La déesse-mère des Romains constitue un bon modèle explicatif des transferts culturels.

• De l’enfant sauvage à l’autisme. SH n° 212. février 2010. Après un siècle de recherche, le cas des enfants sauvages apparaît enfin sous un nouveau jour. Il nous éclaire sur la façon dont on devient un humain.

Pourquoi la nature nous fait du bien. Le cercle Psy. 2/06/2010. Elle éclaircit nos idées, diminue le stress, rend plus intelligent… même sur un simple écran ! Des psychologues s’intéressent aujourd’hui aux effets bénéfiques de la nature sur l’être humain.

De la solitude… parmi les autres. Le cercle Psy. 02/05/2010. On peut se sentir seul, à tout âge, sans pour autant être isolé. Car la solitude pourrait naître non d’une absence autour de nous, mais d’une absence en nous. D’où vient ce vide intérieur  qui pourrait être à l’origine de certaines psychopathologies ?

“conscience emmurée” : un cas de supercherie ? Le cercle Psy, 06/04/2010. Rom Houben, cet handicapé belge considéré comme inconscient durant 23 ans, aurait enfin pu communiquer grâce aux vertus de la “communication facilitée”. Des voix s’élèvent aujourd’hui pour dénoncer une falsification. Enquête…

Du nouveau sur la psychosomatique. Le cercle Psy, 03/03/2010. L’optimisme stimule le système immunitaire. Cette nouvelle découverte serait à mettre au compte de la « psychosomatique », si le mot n’était source d’une certaine confusion que des psychologues tentent aujourd’hui de démêler.

Nos quatre sexes. Le cercle Psy. 10/03/2010. Génétique, anatomique, psychologique, social : quatre façons de définir notre sexe. Et ils ne concorde pas toujours…

Qu’est ce qu’un trouble mental ? Depuis l’Antiquité, les médecins s’ingénient à nommer, répertorier, expliquer, prendre en charge les troubles mentaux. Et ils ne sont pas au bout de leurs peines…

Gaïa et la nouvelle vision du vivant.  Il est peu d’ouvrages qui portent en eux une nouvelle vision de la nature. Gaïa est de ceux-là. Longtemps marginalisé dans la communauté scientifique, il a connu un succès tardif lié à une nouvelle approche de l’évolution et met la solidarité au cœur du vivant.

L’apocalypse est pour demain. Les catastrophes sont à la mode. Et elles nous prédisent le pire pour demain. Bien que fondé sur des hypothèses scientifiques crédibles, le catastrophisme correspond aussi à un schéma mythologique très ancien. Que faut-il donc en penser ?

2009

La garde robe des économistes.L’industrie de l’habillement est un secteur économique proliférant, diversifié et en renouvellement constant. Tous les modèles (socio)économiques peuvent s’y déployer à loisir, sans prendre aucun risque d’être vraiment contredits.

La nouvelle tête de l’emploi. Une petite ville de province est un bon poste d’observation pour comprendre les grandes mutations de l’emploi sur un demi-siècle. Dans ce microcosme, la vie d’une employée en dit long sur le travail aujourd’hui.

L’anticipation chez les animaux. Quand un chimpanzé prémédite et mijote ses mauvais coups… n’est-ce pas la preuve que des animaux possèdent une certaine vision de l’avenir ?

Aux sources de l’éloquence. La rhétorique est partout.L’homme politique voudrait convaincre ses électeurs, le publicitaire séduire les consommateurs, l’avocat veut démontrer l’innocence de son client, l’adolescente veut convaincre ses parents de la laisser sortir ce soir, l’intellectuel voudrait convaincre le monde entier de la justesse de ses vues, etc. On considère aujourd’hui que l’art de convaincre est aussi au cœur du discours scientifique  comme dans le langage ordinaire.

Obama et le pouvoir des mots. Les analystes et professeurs de rhétorique se sont déjà plongés dans les discours de Barack Obama pour tenter d’en « casser le code ».

La guerre des boutons au XXIème siècle. La « guerre des bandes » peut désigner autant les innocents jeux d’enfants que les guerres meurtrières entre gangs urbains. Une nouvelle sociologie qui étudie les bandes de l’intérieur permet de lever les équivoques.

Quand la nuit porte conseil : la nouvelle science des rêves. Pour Sigmund Freud, le rêve était la réalisation d’un désir sexuel caché. Les recherches menées sur le sommeil et le contenu de milliers de rêves ordinaires conduisent à une autre vision. Le rêve serait destiné à expérimenter en pensées des situations de la vie quotidienne.

Les chamanes rêvent-ils comme nous? Les Aborigènes, les Égyptiens ou les Grecs croyaient-ils vraiment que le rêve est un voyage dans le monde des esprits ? Cette idée est aujourd’hui remise en cause. Seul un petit nombre de rêves, très ritualisés et manipulés, relèvent de cette catégorie.

L’éternel retour de l’âme. L’âme ? Impossible de la définir, difficile d’y croire, utopique de s’en défaire. Tel est le paradoxe. Voilà une entité immatérielle, mystérieuse et improbable que nos sociétés ne parviennent pas à éradiquer et dont les individus semblent avoir du mal à se passer. Pourquoi ?

La guerre contre soi. Changer impose de passer du rêve à l’action. Cela suppose aussi d’entrer en guerre contre soi pour tenter de satisfaire certains désirs au détriment d’autres.

Les people, pourquoi ça marche ?D’où nous vient ce goût immodéré pour la vie privée des gens célèbres ? Les recherches sur le lectorat des magazines people, la sociologie des fans ou la psychologie des petits potins sont désormais nombreuses. Elles révèlent que dans l’intérêt porté aux succès et aux déboires des stars tout n’est pas aussi futile qu’il n’y paraît…

Bouddha, Confucius,  Socrate et les autres… Entre le IXe et le IIe siècle avant J.‑C. se seraient développées des spiritualités nouvelles, fondées sur le renoncement à soi, la compassion et la transcendance. Que penser de cette thèse de Karl Jaspers, reprise aujourd’hui par Karen Armstrong ?

La longue histoire de la misère. Vagabonds du Moyen Âge, Lumpenproletariat du XIXe siècle, quart-monde et « nouveaux pauvres » après la Seconde Guerre mondiale…, la figure du pauvre évolue mais ne disparaît pas. Portrait en quatre étapes.

Les pauvres rêvent aussi. Comment se loger, se nourrir, se vêtir quand on touche moins de 600 euros par mois ? Et comment se divertir et se projeter dans l’avenir ? La pauvreté ne se résume pas à des stratégies de survie.

L’abîme ou la métamorphose; rencontre avec Edgar Morin. Faut-il croire Edgar Morin quand il prédit le pire comme probable et la métamorphose comme possible ? Sa visite récente sur les terres de Sciences Humaines a été l’occasion de relancer un vieux débat sur la théorie de la complexité et le cours impétueux de l’histoire humaine.

Préhistoire, la nouvelle odyssée de l’espèce. (co-écrit avec Laurent Testot). Élargissant leurs travaux au monde entier, les chercheurs sont aujourd’hui amenés à réécrire certains des grands récits de la préhistoire.

Comptes et mécomptes de la vie quotidienne. On peut faire de l’économie sans parler de courbe de croissance ou de taux d’inflation, mais en parlant de soldes, de consommation de et d’amour. En toile de fond, c’est tout un modèle de l’Homo oeconomicus qui est en train d’être repensé.

Economie du sexe. Masturbation, fellation, orgasme, prostitution…, le sexe n’échappe pas au regard des économistes, experts dans le calcul des peines et des plaisirs…

La pensée en Asie. L’émergence économique de la Chine et de l’Inde a attiré le regard des Occidentaux. Voici le temps de découvrir les penseurs asiatiques : philosophes, sociologues, anthropologues, historiens…

Darwinisme littéraire; Shakespeare et l’évolution. Les genres littéraires vivent et meurent comme des espèces vivantes. Certains auteurs proposent désormais d’appliquer les lois de l’évolution à Shakespeare ou à Madame Bovary.

Posthumain : vers un être cyborg. L’homme est-il en train de prendre les commandes de sa propre évolution ? Nanotechnologies, génétique, thérapies géniques, prothèses cognitives, clonage, cellules souches, etc., les évolutions récentes des biotechnologies pourraient le laisser penser.

L’art de piloter sa vie. Se connaître pour se changer, résister aux tentations, agir contre soi-même, les méthodes de développement personnel rejoignent une antique tradition philosophique : celle de l’art de vivre. Le « gouvernement de soi » est même en passe de devenir un champ d’étude très actif.

Editorial n° 200. Pensées pour demain.

Du consensus au retour des “grands récits. (GDSH Idéologie, le retour de flamme). Aux idéologies partisanes d’autrefois avaient succédé de nouvelles formes de discours politiques consensuels fondées sur des « communautés de pensée ». Avant que de nouveaux « grands récits » reviennent hanter l’imaginaire politique contemporain.

Pourquoi religion et politique se ressemblent tant. Des anciennes royautés sacrées au communisme, de la religion civile américaine à l’islamisme : dans l’histoire, les formes politique et religieuse ont toujours eu
tendance à se muer l’une dans l’autre. Sans doute en raison d’une nature commune…

Comment être chaste ? Toutes les religions imposent des règles de morale sexuelle à leurs adeptes, mais la chasteté totale reste le fait de doctrines ascétiques minoritaires. Elles se heurtent à la difficulté d’abolir le désir, problème auquel le mahatma Gandhi avait trouvé une issue plutôt inattendue.

2008

• Le blues du dimanche soir. GDSH n°12, automne 2008. Si la concurrence et le management sont en partie responsables de la souffrance au travail, ils ne suffisent pas à tout expliquer. L’autonomie et les relations humaines destinées à améliorer le travail font également partie des sources inattendues du malaise au travail.

• Sévices public..GDSH n°12

• Stress guide de survie. GDSH n°12.

• La face cachée des organisations. GDSH n° 12, 2008. Anarchie organisée, clan et cliques, conflits et tensions, etc…

• Psychologie des crises financières. SH n° 199, décembre 2008. « Panique à la bourse », « La folie des marchés », « Finances : après l’euphorie, la peur », « L’irrationalité des marchés », « Comportement moutonnier des investisseurs »…, les commentaires sur la crise financière se réfèrent souvent aux émotions pour rendre compte du comportement des marchés. Les émotions seraient-elles un élément central du fonctionnement de la finance ? Les recherches sur le fonctionnement des marchés vont à l’encontre de cette vision psychopathologique des comportements boursiers

• La confiance est-elle naturelle? SH n° 198, novembre 2008. Sociologues et neuroscientifiques admettent que la confiance est un élément central des relations humaines. Mais les uns y voient le fruit d’une construction sociale ; les autres ont mis au jour l’effet d’une hormone – l’ocytocine. Ces deux approches sont-elles conciliables ?

• Les tours d’orgueil : qui aura la plus grande ? SH n° 196, aout-sept 2008. De la tour de Babel aux gratte-ciel contemporains, une même histoire se répète au fil des siècles : celle de la course au gigantisme, reflet de l’orgueil des élites et de leur rivalité pour le prestige.

• La tyrannie de la beauté. SH n° 195, juillet 2008. La beauté est injuste. Elle crée des inégalités entre individus qui, bien que non dites, ont de très fortes implications sur le marché de l’amour ou sur celui du travail

• L’âge d’or des tempes grises, n° 193, mai 2008. Contrairement au mythe d’un passé où l’on aurait vénéré les vieux, l’histoire montre que la vieillesse a souvent eu un visage assez sinistre. Avec le recul, notre époque donne aux personnes âgées un sort beaucoup plus enviable.

 

• La banalité du mal revisitée.SH n° 192, avril 2008.Comment des hommes ordinaires peuvent-ils devenir des bourreaux ? Simplement en exécutant les ordres, expliquait Hannah Arendt. Une série d’études récentes remet en cause ces conclusions. La « soumission à l’autorité » n’est pas aussi facile à induire qu’on l’a dit.

• A quoi pensent les oiseaux ? SH n° 190 février 2008 Des poissons qui raisonnent, des perroquets qui comptent, des chimpanzés qui mentent, des corbeaux qui imaginent, etc., l’éthologie cognitive a révolutionné notre regard sur la cognition des animaux. Surprise, ce sont les corbeaux qui nous ressemblent le plus…

Qu’est-il vraiment arrivé à Kitty Genovese ? SH n° 190 février 2008 . L’effet témoin : un récit canonique des sciences humaines remis en question.

• A quoi sert d’être riche ? SH n° 191, mars 2008. Le monde des riches est un univers très stratifié. Pour y tenir son rang, il faut faire montre de beaucoup de dépenses de prestige : produits de luxe et généreuses donations, le but ultime de la richesse étant d’être reconnu. et cela coûte très cher.

• Comment les premières cités sont-elles nées ? SH n° 191, mars 2008. La redécouverte de l’antique cité de Tell Brak, en Syrie – aussi ancienne que les premières villes de Mésopotamie – relance le débat sur les modèles d’apparition des premières villes du monde.

• Les archipels du savoir. SH n° 190, janvier 2008. De l’Antiquité à l’histoire contemporaine, la carte du savoir a toujours épousé celle de la puissance. Est-ce à dire que les idées d’Occident vont bientôt s’effacer devant de nouvelles puissances montantes ?

2007

• La troisième culture, S.H. n° 187, octobre 2007. Une « troisième culture » émerge avec Internet, rivalisant avec les institutions de production et de diffusion du savoir. L’avènement d’un tiers-état culturel annonce-t-il le début d’une révolution mentale ?

• L’opinion manipulée et le retour de la propagande. S.H. n° 186, octobre 2007. La Xe édition des « Rendez-vous de l’histoire » de Blois, du 18 au 21 octobre, est consacrée à l’opinion. Ce sera l’occasion de relancer un débat – organisé par Sciences Humaines – sur la puissance et les limites de la propagande en régime démocratique.

• Les lois du bonheur, S.H. 184. Juillet 2007.Depuis l’Antiquité, les philosophes se penchent sur l’art du bonheur. Depuis peu, les sciences humaines reprennent le problème sous un nouvel angle. N’existerait-il pas quelques facteurs fondamentaux – culturel, économique, social, relationnel et, pourquoi pas, génétique – qui prédisposeraient certains à être plus heureux, ou malheureux, que d’autres ?

• A quoi sert l’imiter autrui ? n° 183, juin 2007. Mimétisme animal, imitation précoce chez l’enfant, rivalité mimétique, mimésis littéraire, etc. L’imitation prend de multiples formes dans le monde vivant et dans le développement de l’individu. Pourquoi ?

• Les conflits au travail, un drame à trois temps. n° 182, mai 2007 Dans les organisations, les conflits ne proviennent pas seulement des personnalités difficiles ou des dysfonctionnements. Ils sont omniprésents et suivent un scénario dramatique presque toujours similaires, aussi banal que brutal.

• Sciences de la forme, une histoire oubliée. n° 181, avril 2007. Et si l’esprit humain, pour comprendre le monde qui l’entoure, avait besoin de simplifier ce qu’il perçoit en y voyant un ensemble de « formes » simples ? Telle est en tout cas l’hypothèse formulée par des psychologues, des philosophes, des sociologues et des anthropologues dans l’Allemagne des années 1930, et dont on redécouvre les vertus aujourd’hui.

• Vers une uniformisation culturelle? n° 180, mars 2007. De même qu’elle produit à la fois plus de richesse et plus de pauvreté, la mondialisation produit de l’uniformisation et de la diversité, du métissage et de l’identité. Toutes les grandes villes internationales tendent à se ressembler, mais grouillent en leur sein d’une diversité culturelle inédite.

• Les jeunes et la “guerre” dans les cités. SH. n° 179. On parle beaucoup des jeunes des banlieues, mais on les connaît mal. D’où l’intérêt de cette enquête exceptionnelle de Thomas Sauvadet (“le capital guerrier”, Armand Colin) au cœur des bandes de jeunes, un microcosme avec ses liens de solidarités, ses codes mais aussi ses lois implacables.

• Les batailles idéologiques sont de retour. SH. n° 178, janvier 2007. Sur le marché des idées, la tendance est aux débats et à la polémique, à la publication d’essais courts, vifs, engagés. Cela annonce-t-il l’entrée dans un nouvel ordre idéologique ?

• Les thinks tanks à la conquête des esprits. S.H.n° 177, janvier 2007. Les think tanks proposent un modèle élitiste de la bataille des idées. Il n’empêche, une poignée d’intellectuels, armés d’un noyau d’idées-forces et de valeurs affirmées, peuvent réussir à changer le cours de l’histoire… Quelques exemples récents en apportent la preuve.

2006

• Profils de délinquants. Quelques classiques; n° 176, novembre 2006.

• La mafia comme modèle. n° 176. novembre 2006. Cosa nostra a fait l’objet de nombreuses études. Criminologues et sociologues se sont penchés sur la mafia sicilienne pour essayer de comprendre l’organisation et le mode de vie des « hommes d’honneur ». Une façon de mettre à l’épreuve les théories de l’ordre social.

• Des troubles de la volonté : et de quelques remèdes. n° 175. octobre 2006. Il existe de véritables troubles de la volonté, comme l’étrange syndrome d’influence ou celui de la main anarchique. Mais plus généralement, les failles de la volonté relèvent d’une expérience courante : céder à de fâcheux penchants. Les psychologues ont mis au point quelques ruses pour y faire face.

• l’argent fait-il le bonheur ? n° 175. octobre 2006. Que deviennent les gagnants du loto, les brusques milliardaires de la nouvelle économie, les héritiers des grosses fortunes ? Sont-ils plus heureux qu’avant ? Il est désormais possible de répondre objectivement à cette question grâce aux nombreuses enquêtes désormais disponibles, tant sur le mode de vie des nouveaux riches que sur l’évaluation de leur bien-être.

• L’homme descend du songe. SH 174. septembre 2006. Les fictions, qu’elles soient réalistes ou nous plongent dans les mondes merveilleux, sont l’expression d’une aptitude fondamentale des humains à créer des mondes imaginaires. Elles font des humains des « configurateurs de monde », toujours prompts à inventer et à être séduits par de nouvelles histoires.

• Qu’est ce que l’amour ? SH. 174. Une histoire d’amour, lorsqu’elle démarre, se vit sur le mode de la magie et de l’enchantement. On aimerait croire qu’elle est toujours unique et mystérieuse. Pourtant, à y regarder de près, l’amour, comme la plupart des sentiments, a aussi ses lois.

• Petite histoire de l’amour a travers les âges. SH 174. L’amour n’est pas une invention de l’Occident !

• Actualités des recherches. SH 172.  8 % des Français dépressifs ; Chimpanzés altruistes; Comment devient-on un champion ?; Un étrange délire : on a remplacé mes affaires 

• L’homme est-il un animal par nature ? SH 172. Une question parcourt trois ouvrages récemment parus. Les animaux sont-ils de bons modèles pour étudier l’humain ? Si, comme il est difficile de le nier, il y a de l’animal en nous, à quel animal nous comparer ? Trois problématiques sont ici combinées : la nature animale, la nature humaine et, accessoirement, la nature de la science qui les étudient.

• Actualités des recherches SH 170.  Combien d’Européens il y a 40 000 ans ? ; 
Et c’est ainsi que les Athéniens s’éteignirent 

.• Cerveau : les aires de l’amour. SH 171, mai 2006.

• Des fourmis institutrices. SH 171, mai 2006.

• Les émotions en questions. SH 171/2006. Qu’est ce qu’une émotion ? D’où viennent-elles ? Quel est la différence entre sentiment et émotion ? Qu’est ce qui nous fait peur? Les émotions sont-elle irrationnelles ? A quoi servent les émotions ?

• Boucher de Perthes et la naissance de la préhistoire SH 171/2006. Boucher de Perthes a occupé vingt ans de sa vie à rassembler une immense collection d’outils de pierre prouvant, selon lui, l’existence des hommes préhistoriques. Mais il fut longtemps le seul à y croire. Les découvreurs de l’homme de Neandertal, comme ceux des grottes ornées, connurent les même déconvenues. Jusqu’à ce qu’une révolution mentale se produise et contribue à donner crédit à ces découvertes.

• Survivre seul en mer. SH 169/mar 2006. Comment un naufragé, perdu au milieu de l’océan pendant 76 jours, affronte-t-il psychologiquement la peur, le désespoir et l’ennui ?

• Les insultes amicales. SH 169/2006. On peut traiter quelqu’un de « petit con » ou de « mon salaud » affectueusement…

• Quand nature et culture rendent plus heureux. SH 169/2006. Entourez-vous d’animaux domestiques, marchez au grand air… Vous irez mieux.

• Le mythe de l’intelligence collective. SH 169/2006. L’idée de l’intelligence collective (IC) est simple et séduisante. Elle semble s’appliquer aussi bien aux fourmis, aux neurones, aux organisations humaines et à l’Internet. Mais les choses se compliquent quand on veut dévoiler ses lois. Et le mythe de l’IC se désagrège alors en une myriade de modèles différents dont l’unité n’est pas assurée.

• Aux temps de la déesse mère. SH 169/2006. Les « Vénus » de la préhistoire, les figures féminines peintes sur les céramiques, les signes abstraits gravés sur des vases…, tous ces vestiges représentaient, selon Marija Gimbutas, une grande déesse – symbole de la vie – dont le culte fut constant au cours de la préhistoire et du néolithique européens.

 

• Peuplement de l’Amérique, surprenante découvertes. SH 168 fév. 2006

• L’intelligence dispersée. SH N° 167. Jan 2006. Les sciences humaines sont entrées dans une nouvelle période, où la multiplication des champs de recherches et l’absence de modèles unificateurs rendent paradoxalement impossible toute vision globale.

• L’américanisation de la pensée. SH N° 167. Jan 2006. Pendant des siècles, la pensée a rayonné à partir de l’Europe sur le monde entier. Et si, désormais, le centre de gravitation des idées et des sciences s’était déplacé vers l’Amérique ?

• Le temps des dictionnaires. SH n° 186/2006. Une avalanche de dictionnaires ? philosophie politique, philosophie morale, des sciences, du Moyen Age, de l’Antiquité, de la psychanalyse ? a déferlé ces dernières années sur les rayons des libraires. Stratégie d’éditeurs ? En partie oui. Mais cet engouement pour la forme du dictionnaire est aussi bien en concordance avec un esprit du temps.

• Le bom de la psychologie. SH167/2006.  Presse, édition, études, conseils, soutien…, la psychologie connaît une expansion considérable dans nos sociétés. À quoi correspond cette demande ?

• Le nouvel âge des sciences cognitives. SH 1672006. Après le temps de l’intelligence artificielle et du « neuro », les sciences cognitives semblent entrer dans une nouvelle époque.
 • Les émotions retrouvées. SH 167/2006. Les émotions ont le vent en poupe… Les psychologues nous démontrent maintenant qu’elles sont un excellent compagnon de l’intelligence et donnent tout son sens à la vie.
• SH fêtes ses quinze ans.  SH 167/2006.
•  Loin des yeux, loin du coeur. SH 167/2006.
• Les émotions primordiales et l’éveil de la conscience. SH 167/2006. CR du livre de M. Denton.
• La jalousie, une passion dangereuse. SH 167/2006. Cr dlivre de D. Buss.

Inscrivez-vous à la newsletter

et soyez alerté à chaque nouveau billet

Recherche dans ce blog