Oui, l’apocalypse est pour demain

2

Le 15 juin 2011 par Jean-François Dortier

L’apocalypse n’aura pas lieu en 2012, mais l’année suivante en 2013 si on en croit Nouriel Roubini, l’oracle de l’économie mondiale, qui avait été l’un des seuls à prédire la grande crise de 2008.

La proximité de 2012 excite les sectes apocalyptiques, selon Miviludes (la Mission interminisérielle de lutte contre les dérives sectaires) qui a remis son rapport annuel le mercredi 15 juin.

Le scénario du film 2012 (sorti en 2009), qui s’appuie sur une prédiction du calendrier Maya, est pris très au sérieux par certaines sectes apocalyptiques. Le crash financier, survenu la même année que la sortie du film, puis la catastrophe de Fukushima n’ont pas calmé les esprits. Selon le rapport de Miviludes, à l’approche de l’année fatidique, le discours sur la fin du monde « enregistre un regain d’activité sans précédent dans de nombreux pays ».

Mais pour ceux que les scénarios d’apocalypse font sourire, sachez qu’une prédiction a de bonnes raisons de faire trembler pour les années à venir. Cette nouvelle prédiction alarmante ne vient ni d’une secte ni du calendrier Maya. Elle repose sur l’analyse des zones de failles de l’économie mondiale faite par un économiste très sérieux.

Plusieurs zones de failles économiques

Nouriel Roubini surnommé Docteur Doom (docteur catastrophe), est devenu mondialement connu en 2008 quand a éclaté le krash des subprimes. Un an avant le déclanchement de cette grande crise, il avait été le seul économiste à prédire ce scénario catastrophe et à alerter le monde. Depuis, on comprend que l’on s’intéresse d’un peu plus près à ses diagnostics. Lors d’une conférence qu’il vient de donner à Singapour, il a prévenu qu’un nouveau cataclysme économique pourrait survenir dans les prochaines années : à partir de l’horizon 2013.

Son diagnostic pessimiste est fondé sur le repérage de plusieurs zones de failles et menaces :

L’éclatement de la zone euro dans les cinq ans. La zone Euro risque d’éclater selon lui, dans les années à venir car si les pays périphériques (comme la Grèce, le Portugal, l’Espagne) continuent à stagner, l’idée de quitter l’Euro « ne semblera peut-être pas si tirée par les cheveux que ça ». Car quitter la zone euro permettrait à ces pays de restaurer leur compétitivité par une dévaluation massive de leur monnaie retrouvée.

Le déficit public des Etats-Unis est une autre zone de fracture majeure. Sa dette s’élève à 14300 milliards de dollars ! Comme en écho des prévisions alarmistes de Roudini, Bernanke, le patron de la FED (Réserve fédérale américaine ) lançait le lendemain un signal d’alarme : en demandant un nouvel accord sur le relèvement du plafond de la dette des Etats-Unis, il note le risque pour les Etats-Unis de perdre prochainement leur crédibilité sur les marchés financiers, ce qui entrainerait une remise en cause du dollar comme monnaie de réserve internationale. « Même une brève interruption des paiements sur le principal ou les intérêts de la dette du Trésor pourrait provoquer de graves perturbations sur les marchés financiers et les systèmes de paiement », ajoute Ben Bernanke.

La Chine est paradoxalement une autre zone de faille. Elle connaît actuellement un surinvestissement typique de la première phase de décollage d’un pays émergent. Mais le boom économique actuel ne va durer. Comme l’Asie du Sud-est avant la crise de 1997, elle pourrait connaître avec une « probabilité significative » un freinage sévère au alentours de … 2013.

Eclatement de la zone euro, crise de ladette américain, ralentissement de la Chine : sans même parler de la stagnation de l’économie japonaise suite au désastre du Tsunami, les signes de craquement de l’économie s’accumulent selon Nouriel Roubini. Selon lui tout pourrait converger vers une « tempête du siècle » (« perfect storm ») qui surviendrait en 2013.

Partagez :
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn

2 commentaires »

  1. Chapouthier dit :

    La “dette des états”, parfois énorme, n’est pas une fatalité métaphysique, mais la conséquence d’une mauvaise gestion, dont les instances politiques de la plupart des pays ont pris la mauvaise habitude. Il leur paraît normal de dépenser plus qu’ils n’ont en caisse et cela leur paraît parfaitement conforme à leur mandat électoral. Me trompé-je ?

  2. 2010 fut déjà en France : une histoire universelle au collège ; 2012 sera celle d’une philosophie pour tous au lycée, voilà ce qui me passionne. Quant au spéculation boursière, elle ne concerne pas la masse des gens, car c’est la guerre éternelle qui continue sous d’autres formes. Et tiens allez, selon mes calculs d’historien, je dirais que c’est vers 2025 en gros que l’humanité constatera que le libéralisme lui aussi a atteint ses limites grégaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Inscrivez-vous à la newsletter

et soyez alerté à chaque nouveau billet
* = Champ requis

Recherche dans ce blog

Commentaires récents