Margot : le petit cochon qui pète et qui pue…

1

Le 23 juin 2011 par Jean-François Dortier

Cette histoire se passe dans un petit village, en France, en 2011. Elle est authentique. Une mère de famille invite les amis de ses enfants (des petits de maternelle) pour une « soirée pyjama ». Au moment de se coucher, la maman vient raconter une histoire. C’est celle de « Margot, le petit cochon qui pète et qui pue ». On l’imagine: les enfants éclatent de rire en entendant le titre.

Sauf que Margot est le nom d’une petite fille de 10 ans qui vit à la maison. Nous sommes dans une famille d’accueil et Margot a été confiée à cette brave dame. Inutile de dire que Margot a été prise en grippe.

De retour à l’école le lendemain, les enfants sont tout heureux de raconter à leurs petits camarades l’histoire de « Margot, le petit cochon qui pète et qui pue  ». Le récit remontera jusqu’à la maîtresse qui me l’a rapporté.

L’effet cendrillon

Cela me remet en mémoire ce fait incontournable : la maltraitance à l’égard des enfants ne se résume pas aux coups : il est des mots et des brimades qui font aussi très mal. Globalement la maltraitance est nettement supérieure dans les familles d’accueil et les familles recomposées que dans les autres. Les statistiques internationales rapportés par Martin Daly et Margo Wilson, dans La vérité sur Cendrillon (éd. Cassini, 2002) sont intraitables. C’est ce qu’ils nomment « l’effet Cendrillon ».

Partagez :
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn

1 commentaire »

  1. Chapouthier dit :

    Merci de nous rappeler ces tristes vérités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Inscrivez-vous à la newsletter

et soyez alerté à chaque nouveau billet
* = Champ requis

Recherche dans ce blog

Commentaires récents