Nos cousines les poules

1

Le 29 septembre 2011 par Jean-François Dortier

Les chimpanzés et les bonobos sont nos plus proches cousins dans l’évolution. Mais du point de vue des comportements, nous sommes parfois plus proches des poules.

Trois caractéristiques nous rapprochent plus des poules que des grands singes : 1) la bipédie, 2) la domestication 3) le self contrôle.

1) Comme les poules, nous sommes bipèdes. La bipédie est assez rare chez les animaux. Parmi les mammifères, il n’y a guère que les humains et les kangourous à être bipèdes. Tous les oiseaux sont en partie bipèdes, mais la plupart volent ou nagent (comme le canard ou le cygne). Finalement seules les poules et les autruches sont des bipèdes exclusifs. Comme les humains.

2) Comme les poules, nous sommes des animaux domestiqués. Oui domestiqués! Il existe deux catégories de poules, les sauvages et les poules d’élevage. Les poules sauvages, comme le coq doré de l’île de Java par exemple, sont des espèces sociales vivant en petits groupes de femelles et poussins autour d’un coq dominant. Les poules domestiques vivent aussi sous l’emprise des humains dans les batteries d’élevages, les poulaillers basses-cour ou plus librement en vaquant autour de la ferme. Chez les humains la domestication a prise aussi des formes d’asservissement différentes allant de la pure domination esclavagiste au compagnonnage de maitre à serviteur. L’époque néolithique fut celle de la domestication les plantes et des animaux : on oublie de dire qu’elle fut aussi celle de la  domestication des humains.

3) Comme les poules, nous disposons de self contrôle. Les humains s’enorgueillissent de  pouvoir anticiper, se projeter dans l’avenir et être capables d’agir en fonction de buts éloignés. Et si les poules en étaient capables ? En 2004, S.M. Abeyesinghe, une jeune chercheuse en éthologie de l’Université Bristol a montré que les poules savent prendre leur temps afin d’obtenir une récompense supérieure à ce qu’elle pourrait avoir tout de suite. Le procédé est le suivant. Des poules ont appris à obtenir des grains en donnant un coup de bec sur un levier (c’est le même principe que le distributeur de boisson). Sur certains distributeurs, la récompense tombe presque tout de suite après avoir appuyé sur le levier. Dans d’autres distributeurs, la récompense vient 10 ou 20 secondes après le coup de bec déclancheur, mais la butin est supérieur : plusieurs grains au lieu d’un ! Présentées aux deux machines, les poules préfèrent se diriger vers celle où on attend plus longtemps mais ou le gain est supérieur.. Conclusion, la poule sait anticiper, attendre et  – mieux –  mais elle est capable de self-contrôle puisqu’elle pourrait se précipiter sur la machine qui délivre dans l’immédiat une petite récompense.(1)

Les poules sont moins stupides que l’on croit

Cette recherche sur le « self-contrôle » des poules ne fait que confirmer ce que les chercheurs avait déjà mis en évidence a propos de l’intelligence des oiseaux en général et des poules en particulier. (2) Ils sont capables à catégoriser (c’est-à-dire à reconnaitre un être précis – ce chat roux, comme appartenant à la catégorie général «  chat »), de distinguer les individus (les poules se reconnaissent parfaitement les uns des autres comme individus singuliers), à  communiquer (les poules qui caquettent ou gloussent te font pas qu’exprimer leur émoi, elles transmettent des messages d’alerte par exemple et emploient des sons différents en fonction des dangers).

On a même appris récemment que les poussins savent compter. Plus exactement qu’il possède des capacités numériques élémentaires.  Cela a été démontré par la chercheuse italienne Lucia Regolin (de l’université de  Padova). Dans une étude publiée en 2007, son équipe a montré que des poussins de cinq jours sont capables de compter jusqu’à 10 ! L’expérience part de ce constat : les poussins sont des animaux très grégaires : un poussins isolé aura tendance à rejoindre un groupe de poussin à proximité. Et s’il y a deux groupes il va vers le plus nombreux. (3)

La première étape de l’expérience, vous mettez un poussin tout seul dans un cage, devant lui, il voit d’autres poussins passer devant la cage (en fait des poussins artificiels manipulés par les chercheurs) . Ces faux poussins vont se cacher derrière un petit paravent. On libère alors le poussin, et il se dirige aussitôt derrière le paravent pour rejoindre ceux qu’il pense trouvé. Première conclusion : il possède le poussin possède la « permanence de l’objet » (autrement dit, l’animal a conscience que même si la chose a disparu, elle existe encore quelque part, bien que cachée a sa vue).

Dans l’expérience suivante, il y a deux petits paravents cette fois. Les uns après les autres, les poussins se dirigent tantôt vers l’un tantôt vers l’autre. Le poussin qui a assisté ce manège est ensuite libéré et se dirige alors derrière le paravent où les faux poussins sont le plus nombreux. Et pour le savoir, il a donc fallu les compter, ou moins apprécier leur nombre ! Agés de cinq jours, plusieurs poussins ont réussis le test. Oui, les poussins comptent…

Les poules ne sont pas si idiotes.  Bien que bpèdes et domestiquées  (comme nous) elles font preuve de jugement d’anticipation, de self-contrôle, elles sont aussi très protectrice à l’égard de leur petit qu’elles couvent et protègent avec soin.

Songez-y avant de manger votre prochaine cuisse de poulet.

———————————–

(1) « Can domestic fowl, Gallus gallus domesticus, show self-control? », S. M. Abeyesinghe et al., ANIMAL BEHAVIOUR, 2005, 70, 1–11.

(2) A quoi pensent les oiseaux? Jean François Dortier, S.H. n° 190, fév. 2008.

(3) Rugani R, Regolin L, and Vallortigara G. 2007 Rudimental Numerical Competence in 5-Day-Old Domestic Chicks (Gallus gallus): Identification of Ordinal Position. Journal of Experimental Psychology: Animal Behavior Processes 33(1):21-31.

Partagez :
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn

1 commentaire »

  1. […] Les qualités insoupçonnées de la poule Trop souvent, lorsque l’on évoque la poule en dehors de son contexte, on en fait un animal un peu bête qui n’est utile que pour sa chaire et ses œufs. Pourtant, à force de les côtoyer, on s’aperçoit qu’il n’en n’est rien. La poule est un animal aussi fascinant qu’utile, qui partage avec l’humain plusieurs points en commun. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Inscrivez-vous à la newsletter

et soyez alerté à chaque nouveau billet
* = Champ requis

Recherche dans ce blog